Fabien, Angers (49)

Fonction : Responsable clientèle sénior copropriété
Entité et lieu de travail : Foncia Anjou Maine – Angers (49)
Fabien Regard est le référent MaPrimeRénov’ copropriété pour Foncia Anjou Maine Mayenne Sarthe. Il s’occupe également de l’administration des parties communes d’un portefeuille d’immeubles.

Interview

Quelle est la première chose que vous faites en arrivant au travail le matin ?
Lorsque j’arrive au bureau, je pose ma sacoche d’ordinateur et je vais dire bonjour à mes collègues. Nous nous racontons nos anecdotes des assemblées générales de la veille.

Quelle est la facette de votre métier que vous préférez ?
Ce que je préfère c’est la multiplicité des tâches. Cela passe par les visites sur site, la communication, le suivi de sujets récents comme MaPrimeRénov’, les bornes IRVE… et bien plus encore !

Quelle est la facette de votre métier la plus difficile/compliquée ?
Vous arrivez le matin avec un objectif pour la journée mais les imprévus, les urgences viennent se greffer. Difficile certains jours d’établir les priorités.
L’autre point que je souhaite évoquer est le rapport parfois tendu avec les copropriétaires. Nous devons sans cesse expliquer notre métier et démontrer notre savoir-faire. En rappelant, d’après des sondages réalisés il y a quelques années, que les copropriétaires ne voient que 10 % de notre activité.
J’ai souvent dit à des clients « Venez passer une journée avec moi pour vous rendre compte », mais je n’ai jamais eu de réponse positive !

Que diriez-vous de Foncia à un ami ou une amie qui souhaiterait y travailler ?
Nous avons des directions métiers qui répondent à nos interrogations, des formations qui nous permettent d’évoluer et de suivre le fil de l’actualité juridique et technique au plus près.
C’est une structure indispensable dans notre quotidien. Et les clients le savent, puisqu’ils évoquent souvent le recours à notre service juridique en cas de litige.

Quel est le cliché professionnel que vous souhaitez voir disparaître ?
Il est difficile de faire disparaître le cliché de l’usine pour une grande entreprise d’administration de biens, alors que nous mettons tout en œuvre pour renforcer la proximité dans chacun de nos immeubles.
Comme le disait l’un des anciens slogans du groupe, notre métier est de « gérer le bien de tous dans l’intérêt de chacun ».

Par quels mots entamez-vous une rencontre avec des clients ?
« Bonjour, en quoi puis-je vous aider ? »
Certains clients exposent leur problème sans préciser dans quelle copropriété ils résident, donc je leur demande avant d’aller plus loin dans la discussion et de perdre du temps.

Quelle innovation aimeriez-vous apporter dans votre activité ?
Je viens de remplacer dans un immeuble les étiquettes de boîtes aux lettres par un système électronique de gestion à distance. Lorsque le résident se rend à l’agence pour l’affichage de son nom sur l’interphone, nous programmons en même temps son nom sur la boîte aux lettres.
J’aimerais aussi développer l’affichage sur écran vidéo dans les halls.

Quelle est selon vous la plus belle attitude à avoir face à des clients ?
L’écoute, l’efficacité et la compréhension. Il faut résumer en mots simples, notamment en assemblée générale.
Il arrive très souvent que des copropriétaires qui ont assisté à l’assemblée, n’osant pas lever la main, rappellent le lendemain matin pour être sûrs d’avoir bien compris.

Quelle est votre plus belle expérience client ?
Ce sont les copropriétés pour lesquelles nous avons pu régulièrement faire voter des travaux d’entretien et valoriser le patrimoine. Je pense à des copropriétés que je gère depuis onze ans.

Quel est le plus beau message qu’ait pu vous adresser un client ou une cliente ?
J’ai en mémoire un message du mois de juillet de cette année d’une copropriétaire : « Oubliez les râleurs, les mauvais coucheurs et profitez bien de vos vacances. »

Dans quel engagement du groupe Foncia vous reconnaissez-vous le plus ?
La réactivité, du fait de mon expérience professionnelle (plus de vingt ans de métier) : je peux apporter une réponse rapide sur pas mal de sujets. Et les clients apprécient.
Je revendique aussi le domaine de l’expertise juridique (mes collègues vous le confirmeront), expérience forgée par le suivi de nombreux litiges judiciaires et la lecture de revues juridiques.

Si vous étiez architecte, quel bâtiment auriez-vous souhaité concevoir ?
Le relais Château d’Artigny à Montbazon (Indre-et-Loire), érigé entre 1912 et 1932 pour être la demeure de François Coty, parfumeur. Au premier étage, il y a une fresque magnifique représentant les années folles entre 1920 et 1923.

Avec quelle célébrité souhaiteriez-vous prendre un verre ?
Avec Nicolas Canteloup, en me souvenant d’un sketch d’imitation de François Hollande de 2012 au moment de son arrivée au pouvoir où il doit penser à mettre son étiquette sur la boîte aux lettres du palais de l’Elysée.

Avez-vous une anecdote professionnelle drôle, embarrassante, surprenante. ?
Nous avons tous en tant que gestionnaires beaucoup d’anecdotes.
Je me souviens particulièrement d’une, qui ne peut plus avoir lieu aujourd’hui grâce à la dématérialisation des documents.
C’était dans les années 1990, un client m’appelle et me demande, confus, de lui renvoyer une copie de l’appel de fonds. En effet, son chien l’avait mangé en réceptionnant le courrier !