Edith, Toulon (83)

Fonction : Directrice gestion locative
Entité et lieu de travail : Agence Foncia – Toulon (83)
Edith Bosle assure le bon fonctionnement et la coordination du service en s’appuyant sur l’équipe gestion locative, en synergie avec les services comptables et commerciaux.

Interview

Quelle est la première chose que vous faites en arrivant au travail le matin ?
Je dis bonjour aux équipes puis je mets en route dans mes outils informatiques pour démarrer la journée.

Quelle est la facette de votre métier que vous préférez ?
Le relationnel avec les clients, qu’il est très important d’entretenir. On ne construit pas une confiance avec des échanges de courriels. Il faut rencontrer, échanger par téléphone pour que chaque client se sente considéré.

Quelle est la facette de votre métier la plus difficile/compliquée ?
La mauvaise foi m’est difficile à accepter. De nature patiente, lorsque je me retrouve confrontée à des interlocuteurs de mauvaise foi, je peux être amenée à écourter l’entretien, de manière courtoise.

Que diriez-vous de Foncia à un ami ou une amie qui souhaiterait y travailler ?
Foncia offre des opportunités d’évolutions en interne et surtout permet d’accéder à des métiers transverses pour ceux qui souhaitent changer d’activité au sein du Groupe.

Quel est le cliché professionnel que vous souhaiteriez tuer définitivement ?
Aux yeux de nos clients, les honoraires sont souvent trop élevés pour des tâches trop simples, et nous n’avons qu’à appuyer sur un bouton de notre logiciel pour enclencher les actions. Notre métier nécessite des connaissances techniques et juridiques, et non, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton. Tout le monde ne peut pas se dire gestionnaire de syndic ou de copropriété, et ce travail a bien un coût justifié.

Par quels mots entamez-vous une rencontre avec des clients (internes ou externes) ?
« Bonjour, ravie de vous revoir » ou « Enchantée de vous rencontrer ».

Quelle innovation aimeriez-vous apporter dans votre activité ?
Pas une innovation, mais une organisation différente, à savoir que chaque portefeuille de gestion soit rattaché à un comptable dédié, nous gagnerions en fluidité de travail, de par la connaissance des particularités, et surtout les clients propriétaires et locataires auraient des interlocuteurs privilégiés.

Quelle est selon vous la plus belle des attitudes à avoir face à des clients ?
L’écoute et surtout la réactivité. Cela met en confiance le client, quel qu’il soit, et lui permet de savoir qu’il peut compter sur un collaborateur Foncia qui sera toujours présent et réactif.

Quelle est votre plus belle expérience client ?
Il y a de nombreuses années, du poste d’assistante de copropriété, je suis devenue syndic junior (oui il y a très longtemps), et dès la première année la majorité des contrats de syndic ont été renouvelés sur une durée de 3 ans. Un beau succès !

Quel est le plus beau message qu’ait pu vous adresser un client ou une cliente ?
En vingt-cinq ans dans le milieu, il y en a moult mais je dirais que le plus beau des messages que peut m’adresser un client est de rester fidèle à Foncia.

Dans quel engagement du groupe Foncia vous reconnaissez-vous le plus : expertise, réactivité ou transparence ? Pourquoi ?
La transparence : nos méthodes et processus nous permettent d’être droits dans nos bottes. Face à chaque situation, je sais que de mon côté ou de celui des équipes, nous sommes transparents. Nous appliquons la législation, nos bureaux sont ouverts et nos documents et informations sont toujours disponibles et accessibles si un client nous le demande.

Si vous étiez architecte, quel bâtiment auriez-vous souhaité concevoir ? Pourquoi ?
Dame Nature, pour le panorama époustouflant de Monument Valley, un endroit qui m’a profondément touché par sa beauté et la sérénité qu’il se dégage du lieu.

Avec quelle célébrité aimeriez-vous prendre un verre/être voisin ou voisine ? Pourquoi ?
Le chef étoilé Yannick Alléno, que je trouve classe. Peut-être qu’après un verre, il me proposerait de goûter sa cuisine !

Avez-vous une anecdote professionnelle drôle, embarrassante, surprenante… que vous n’avez jamais racontée ?
Il y a quelques mois, un locataire m’adresse une proposition pour l’acquisition d’un local commercial. Une proposition réaliste, je précise, au prix du marché (environ 270 000 €). Je contacte le propriétaire qui me répond : « Non mais Edith, ce n’est pas le prix d’une voiture ». Je suis restée sans voix, puis j’ai compris que nous ne fréquentions pas les mêmes concessionnaires…