Delphine, Perpignan (66)

Fonction : Comptable de copropriété
Entité et lieu de travail : Agence Foncia – Perpignan (66)
Delphine Banach accompagne ses clients dans la compréhension de la dimension comptable. Elle est également en charge de la réalisation des arrêtés de comptes annuels des copropriétés, des DPV (dossiers promesse de vente) et des états datés, documents essentiels lors d’une transaction immobilière.

Interview

Quelle est la première chose que vous faites en arrivant au travail le matin ?
Je fais le tour des bureaux pour dire bonjour à mes collègues.

Quelle est la facette de votre métier que vous préférez ?
J’apprécie le fait de travailler sur des dossiers complexes ou techniques, autres que la comptabilité classique d’une copropriété. Ces dossiers demandent souvent d’acquérir de nouvelles compétences. Ce sont des défis que j’aime relever.

Quelle est la facette de votre métier la plus difficile/compliquée ?
La compréhension des chiffres peut demander concentration et ouverture d’esprit. Il est parfois compliqué d’expliquer les comptes des clients qui ont du mal à comprendre ou qui peuvent camper sur leurs positions.

Que diriez-vous de votre société à un ami ou une amie qui souhaiterait y travailler ?
Je dirais que notre société est basée sur le respect des équipes et de la clientèle. Le groupe Foncia nous permet d’évoluer en interne, au sein d’un même service ou même dans un autre métier, partout en France grâce aux opportunités de mobilité.

Quel est le cliché professionnel que vous souhaiteriez tuer définitivement ?
Sans hésiter que les syndics sont des escrocs. Il faut garder en tête que le métier de syndic est très réglementé et ne nous permet pas de faire ce que l’on veut. Nous travaillons pour nos clients, pas contre eux, et nous facturons ce que nous devons facturer. Chez Foncia, nous sommes transparents envers nos clients et nous ne leur cachons aucune information.

Par quels mots entamez-vous une rencontre avec un client ou une cliente (interne ou externe) ?
« Bonjour, Mme Banach, comptable de votre immeuble, je vous en prie suivez-moi » si nous ne nous sommes jamais rencontrés. Ou « Bonjour, je vous en prie suivez-moi » si nous nous connaissons.

Quelle est selon-vous la plus belle des attitudes à avoir face à des clients ?
Il est essentiel d’être courtois en toute circonstance, d’essayer de comprendre nos clients et se mettre à leur place pour mieux analyser leurs attentes. La comptabilité n’est toujours pas simple à comprendre pour certains clients, j’essaye donc de m’adapter et de leur apporter des explications simples et claires afin de faciliter leur compréhension et de les mettre en confiance.

Quelle est votre plus belle expérience client ?
D’avoir reçu des membres d’un conseil syndical pour les éclairer sur la comptabilité d’une copropriété et de les voir ressortir en confiance et enchantés des explications apportées.

Quelle est le plus beau message qu’ait pu vous adresser un client ou une cliente ?
Généralement, les clients me remercient pour les explications apportées et ma réactivité.

Si vous étiez un ou une architecte, quel bâtiment auriez-vous souhaité concevoir ? Pourquoi ?
Le Taj Mahal. Ce monument regroupe quatre styles architecturaux, ce qui prouve que le regroupement d’idées peut donner des très belles choses aussi bien professionnellement que personnellement. De plus, il a été construit par amour et vu la conjoncture actuelle, il est essentiel de montrer aux personnes qui nous sont chères qu’elles comptent pour nous.

Avec quelle célébrité aimeriez-vous prendre un verre/être voisin ou voisine ? Pourquoi ?
Bruce Willis… C’est un acteur surprenant qui sait parfaitement s’adapter à tous les rôles. Il peut être sensible comme dans le film Sixième sens, redoutable dans Piège de cristal ou fantastique dans Armageddon. En plus, il est assez charmant !

Avez-vous une anecdote professionnelle, drôle, embarrassante, surprenante… que vous n’avez jamais racontée ?
Lors d’une précédente expérience en gestion locative, j’étais en charge de faire vider un appartement et une cave suite au décès d’un locataire. En présence d’un huissier, les déménageurs vident les lieux et l’huissier pose les scellés sur le camion.
Dans l’heure qui a suivi le départ du camion, des gendarmes sont venus me chercher à l’agence car une plainte pour vol venait d’être déposée contre moi par une autre locataire de l’immeuble. Il s’est avéré que la cave que l’on a vidé le jour même était sa cave et que nous avions donc fait une erreur. Accompagnée des gendarmes, je me suis rendue chez cette locataire pour expliquer la situation.
Nous avons dû faire revenir le camion, l’huissier et rendre les biens à cette dame. L’affaire a évidemment été classée sans suite. Et les gendarmes m’ont dit, pour me rassurer après cette petite frayeur et pour plaisanter, que je n’étais pas la reine du cambriolage !!