Coralie, La Roche-sur-Yon (85)

Fonction : négociatrice location
Entité et lieu de travail : Agence Foncia – La Roche-sur-Yon (85)
Coralie Clochard Jagot développe le portefeuille de son agence en rentrant de nouveaux mandats de gestion et en louant des biens.

Interview

Quelle est la première chose que vous faites en arrivant au travail le matin ?
Je passe dans le bureau de mes collègues pour leur dire bonjour. Une bonne ambiance au travail, c’est primordial, et j’ai la chance de pouvoir travailler avec une superbe équipe !

Quelle est la facette de votre métier que vous préférez ?
Le dynamisme sans aucun doute ! J’ai la chance de pouvoir bouger de mon poste de travail tous les jours, de rencontrer de nouveaux clients, visiter de nouveaux biens, etc. Chaque journée est différente !

Quelle est la facette de votre métier la plus difficile/compliquée ?
L’annulation d’un dossier de location. J’ai pour habitude de travailler en confiance avec les clients. Il arrive cependant qu’un dossier soit annulé avant la signature du bail… Du temps et de l’énergie malheureusement dépensés pour rien.

Que diriez-vous de Foncia à un ami ou une amie qui souhaiterait y travailler ?
Fonce ! Foncia est un groupe national qui regroupe une multitude de métiers et dans lequel chacun peut être amené à évoluer. On nous propose chaque année des formations comportementales et professionnelles. On est constamment informés sur les nouvelles réglementations en immobilier. Et maintenant, on a le CSE ! 🙂

Quel est le cliché professionnel que vous souhaiteriez tuer définitivement ?
« Les agents immobiliers sont des voleurs ! ». On l’entend malheureusement beaucoup trop souvent…

Par quels mots entamez-vous une rencontre avec des clients (internes ou externes) ?
« Bonjour », ou « Enchantée » 🙂

Quelle est selon vous la plus belle des attitudes à avoir face à des clients pour les fidéliser ?
Le sourire 🙂 , même pour les clients que nous avons au téléphone !

Quelle est votre plus belle expérience client ?
Il y a quelque temps, j’ai reçu à l’agence un client espagnol, récemment embauché en tant que kiné avec de bons revenus. Contractuellement, il était encore en période d’essai, et avait donc du mal à trouver un logement.
Lorsque je l’ai reçu, il m’a remercié d’avoir pris le temps de lui expliquer pourquoi son dossier était compliqué, ce qui n’était apparemment pas le cas (comme il ne parlait pas très bien français) dans les autres agences avec lesquelles il avait été en contact pour sa recherche.
Agacée de ne pas pouvoir lui trouver de logement malgré sa bonne situation, j’ai gardé ses coordonnées, et lorsque j’ai eu un logement pour lequel il pouvait bénéficier de garants, je l’ai recontacté. Il a eu un coup de cœur pour ce bien et y vit toujours aujourd’hui.
Je ne sais pas combien de fois il m’a remercié, ça m’a vraiment fait très plaisir de pouvoir l’aider, et c’est pour ça que j’aime particulièrement mon métier !

Quel est le plus beau message qu’ait pu vous adresser un client ou une cliente ?
« Coralie, j’en discutais avec ma femme après notre rendez-vous et on voulait vous dire que vous êtes très professionnelle et très gentille ! ». Par un propriétaire adorable de 80 ans 🙂 . Après ce type de message, on est d’attaque pour toute la journée et on sait pourquoi on fait ce métier !

Dans quel engagement du groupe Foncia vous reconnaissez-vous le plus : expertise, réactivité ou transparence ? Pourquoi ?
La réactivité. Si un client n’est pas pris en charge rapidement, il n’hésitera pas à aller pousser la porte d’une autre agence. Je m’attache particulièrement à rappeler chaque client au plus vite.

Avez-vous une anecdote professionnelle, drôle, embarrassante, surprenante… que vous n’avez jamais racontée ?
La 1re année où je suis arrivée chez Foncia (j’avais tout juste vingt ans), un locataire est décédé, et j’ai dû aller voir le logement dans lequel il vivait depuis plus de vingt ans.
Ma collègue m’annonce la couleur : « Cela fait vingt ans qu’il est dans le logement et ça doit faire autant de temps qu’il n’a pas fait le ménage… ». Je suis donc partie plutôt inquiète de ce que j’allais bien pouvoir découvrir…
Une fois arrivée devant la porte du logement, la clé entrait mais ne tournait pas. Après plusieurs essais, un vieux monsieur barbu finit par ouvrir la porte brusquement. Prise de panique, je me suis mise à crier devant lui. Ce monsieur me regarde et me dit « Ça ne va pas ?? », et je lui réponds « Je ne comprends pas, on m’a dit que vous étiez décédé… » « Ah non mais moi je suis le monsieur qui m’occupe du ménage ! ». Je ne me suis jamais autant confondue en excuses, et j’en rigole encore aujourd’hui !