Audrey, Fresnes (94)

Fonction : Conseillère immobilier
Entité et lieu de travail : Foncia Transaction – Fresnes (94)
Intermédiaire entre un vendeur et un acquéreur, Audrey prospecte pour trouver des biens et les présenter à ses acquéreurs. Elle accompagne ensuite vendeur et acquéreur jusqu’à la signature de l’acte authentique de vente.

Interview

Quelle est la première chose que vous faites en arrivant au travail le matin ?
Je bois mon café en traitant mes e-mails.

Quelle est la facette de votre métier que vous préférez ?
Le contact humain. Je rencontre des personnes chaque jour, des vendeurs, des acquéreurs, et je les accompagne dans leur projet. L’achat d’un bien immobilier, c’est un projet de vie. Chaque client arrive avec son histoire, qu’elle soit belle ou triste. Mon rôle est de les conseiller, de les aider, de les rassurer.

Quelle est la facette de votre métier la plus difficile/compliquée ?
Les clients me posent souvent la question « Pourquoi vous choisir plutôt qu’une autre agence ? ». Ma réponse est la suivante : « Choisissez-moi car je suis une travailleuse acharnée et passionnée, je ferai de mon mieux pour vous accompagner ».
La concurrence est aigüe sur notre marché. Par exemple, lorsqu’un vendeur nous contacte pour la mise sur le marché de son bien, nous devons lui prouver à chaque instant que c’est avec nous qu’il doit avancer et pas un autre. Il faut être à la hauteur à chaque instant, convaincre et ne faire aucune erreur sous peine de perdre un client.

Que diriez-vous de votre société à un·e ami·e qui souhaiterait y travailler ?
Foncia est un grand groupe et une valeur sûre. Chez Foncia, nous bénéficions d’un super réseau et de nombreuses innovations. Par exemple, Foncia a été le premier à proposer la signature électronique. C’est agréable d’évoluer dans un groupe comme celui-ci.

Quel est le cliché professionnel que vous souhaiteriez tuer définitivement ?
Nous ne sommes pas que des porte-clés et nos honoraires sont à la hauteur de nos prestations : la gestion de la commercialisation de leur bien, du début à la fin, et un accompagnement sur les projets de vie de nos clients, comprenant aussi la charge administrative. C’est un métier passionnant mais très prenant, et même stressant car jusqu’à la signature de l’acte authentique, tout peut basculer en un instant et nous amener à recommencer le processus. C’est un investissement continu.

Quelle innovation aimeriez-vous apporter dans votre activité ?
Sincèrement, je ne vois pas… Foncia est déjà en avance par rapport aux autres acteurs sur ce sujet depuis quelques temps, comme par exemple la signature électronique et le e-recommandé.

Quelle est selon vous la plus belle des attitudes à avoir face à un·e client·e ?
Ne porter aucun jugement et être à l’écoute de leurs besoins.

Quel est le plus beau message qu’ait pu vous adresser un·e client·e ?
Trop difficile de choisir. Chaque histoire que j’ai avec mes clients est différente et elles m’ont toutes touchée.

Dans quel engagement du groupe Foncia vous reconnaissez-vous le plus : expertise, réactivité ou éthique ? Pourquoi ?
La réactivité, car c’est un engagement qui me démarque de mes concurrents sur mon secteur. Beaucoup de clients vendeurs et acquéreurs se plaignent du manque de réactivité des conseillers immobilier. J’essaye de leur montrer au quotidien que cela n’est pas mon cas.

Si vous étiez architecte, quel bâtiment auriez-vous souhaité concevoir ? Pourquoi ?
Les immeubles haussmanniens, qui caractérisent tellement notre capitale.

Avec quelle célébrité aimeriez-vous prendre un verre/être voisin·e ? Pourquoi ?
Brad Pitt bien sûr ! Ai-je vraiment besoin de dire pourquoi ? 🙂

Avez-vous une anecdote professionnelle, drôle, embarrassante, surprenante… que vous n’avez jamais racontée ?
Un jour, j’ai fait une visite avec une cliente venue accompagnée d’une amie pour la rassurer avant de se positionner. Le contact est passé entre nous dès le début de la visite avec beaucoup d’humour et nous nous découvrons un point commun : nous sommes mamans célibataires. Nous avons d’ailleurs évoqué un business plan pour acquérir un immeuble pour une colocation de mères célibataires !
L’appartement que nous visitions nécessitait une rénovation et une des chambres était remplie de livres destinés à être mis à la poubelle. Emportée par cette ambiance joviale, je saisis le premier livre qui me vient, le tend à ma cliente et lui dis « si vous me faites une offre en sortant d’ici, je vous offre ce livre ! ». La cliente prend le livre, regarde la page de couverture, c’était un livre érotique intitulé « La Punition ». Ce moment fut suivi de longues secondes de malaise pour moi, puis d’un fou rire de vingt minutes à trois !
Le plus beau dans cette anecdote, c’est que deux ans après cette visite, ces clientes sont devenues des amies proches.